Le Blog de l'autonomie musicale

smells like teen spirit

Ma fille aînée vient de faire 14 ans. En plus de mettre une grosse claque derrière mes tempes grisonnantes de néo quadra, cet anniversaire m’a fait repenser aux miens de 14 ans. Je les ai faits le 1er septembre 1991.  Le 10 septembre, soit 9 jours plus tard (Il sait faire des additions malgré son grand âge, formidable !) sortait le titre Smell Like Teen Spirit d’un groupe alors inconnu de mes oreilles adolescentes : Nirvana. Le 21 septembre c’était l’album Nevermind qui venait finir d’enfoncer un énorme clou dans mes frêles petits tympans déjà bien burinés par le black album…

0 Comments

Le live est mort, vive le live

via GIPHY Comment trouver des concerts ?Comment arriver à se produire en live ? Comment trouver ces fichues dates ? Quel musicien ne s’est pas posé ces questions, finissant à genoux les larmes aux yeux devant le désert abyssal de leurs réponses !Le live est mort, vive le live ! Dans mon dernier article « Arrête de vouloir signer sur un label » je concluais sur la nécessité de jouer sa musique en live pour continuer à exister. A peine mis en ligne, je suis tombé sur un post Facebook de Romain Humeau. Pour ceux et celles qui viennent d’esquisser une moue dubitative à la lecture de ce nom, laissez-moi vous…

0 Comments

Arrête de vouloir signer sur un label !

J’ai autoproduit 2 albums et un EP avec mon projet solo : Nil. Il y a treize ans, à la naissance de ma première fille, j’ai profité d’un congé de libre choix d’activité de six mois pour réaliser mon deuxième album : Piqûre de rappel. Le contrat était simple : Tout faire de A à Z en six mois pour inonder tous les labels de France et de Navarre correspondant à l’esthétique musicale de mon deuxième effort !Dans ce délai, je suis arrivé à composer et écrire 13 titres en français, les enregistrer seul à l’exception des batteries que j’ai déléguées à un ami bien…

0 Comments

Mes premières notes

J’ai commencé la musique vers quatorze ans le jour où le père Noël a déposé sous le sapin un ampli 10 watts et une guitare électrique Jim Harley d’un rouge trop rouge !Sans savoir jouer, sans savoir chanter j’ai monté mon premier groupe dès le lendemain de Noël. Un casting serré m’a fait recruter le plus grand batteur des alentours : Mon petit frère. C’était, en plus d’être pratique vu la distance qui séparait nos deux chambres, la recrue idéale puisque il avait une imagination débordante pour pallier à un handicap de taille : Il n’avait pas de batterie. Après une réunion fraternelle nous avons jeté sur…

0 Comments
Close Menu